AGRICULTURE

Redonner à la ferme de Combreux l’une de ses fonctions initiales

Ferme et Parcelles agricoles

La ferme de Combreux était jusque-là cultivée en grandes cultures conventionnelles. L’ancien exploitant a cependant transmis en 2020-2021 la partie du foncier immédiatement autour du corps de ferme (3,8ha) à des agriculteur.rice.s bio, et a vendu 60ha attenants à Terre de Liens pour permettre le développement d’une agriculture bio et paysanne. D’autre part, la SCIC-SARL Ferme de Combreux constituée en 2021 par les habitant.e.s et les futur.e.s paysan.ne.s est propriétaire d’une grange à laquelle elle souhaite rendre sa vocation agricole, permettant notamment d’y imaginer des ateliers de transformation des produits agricoles. Une autre partie de la grange, dédiées à la vie en commun sera aussi dévolue aux résidences de recherche-action création ainsi qu’aux festivités !

Ainsi, en 2021, ce sont trois activités qui s’implantent :

  • Le GAEC du Champ Libre (Justine et Thibaud) en maraîchage et PPAM.
  • Bastien en paysannerie-boulange.
  • Mélanie en arboriculture et petits fruits.

Le GAEC du Champ Libre

Le GAEC du Champ Libre, composé de Justine et Thibaud, a été créé en septembre 2021 suite à notre rencontre en 2020 avec le collectif des habitantEs de la Ferme de Combreux. Nous nous sommes installés sur une parcelle de 2,8ha attenant à la ferme, une ancienne prairie. Au sein du corps de ferme, dans la grange détenue par la SCIC Ferme de Combreux, nous allons installer notre atelier pour la production de tisanes. Le cœur de notre projet est la production alimentaire, respectueuse de l’environnement, de la vie du sol et de l’humain. Cela se traduit par une agriculture biologique, paysanne et locale. Autour de cet objectif gravitent nos deux activités principales, la production maraîchère et la production de plantes à parfum aromatiques et médicinales (PPAM). Nous produisons selon les techniques de maraîchage bio-intensif, mais nous souhaitons à terme mettre en œuvre des itinéraires de maraîchage sur sols vivants, au cœur d’un système agroécologique. Nous allons planter des haies sur les bords de parcelle et implanter une allée fruitière au centre. Nous nous attachons à inscrire nos activités agricoles au sein du territoire sur lequel nous sommes et ainsi renforcer l’ancrage local de l’alimentation. La reconnexion des habitantEs avec la production agricole est pour nous le deuxième enjeu du projet. Il s’agit de renforcer les relations entre agriculteur.ices et consommateur.ices, via les circuits courts alimentaires. Nous avons déjà commencé un partenariat avec une AMAP locale. L’installation de proximité en milieu péri-urbain induit un cercle vertueux avec de nombreux avantages en matière économique, écologique, sociale et permet de proposer une agriculture responsable et durable au plus grand nombre.


Bastien, paysan boulanger

Bastien est paysan-boulanger au sein de la coopérative Les Champs des Possibles depuis avril 2020. Il développe une activité de paysannerie (grandes cultures bio) et transformation en pains et brioches. En avril 2021, les 60 ha de la ferme de Combreux, acquis par Terres de Liens, entament leur conversion en bio, de la luzerne est semée dans la foulée sur 2/3 de la surface et en novembre 2021, les premiers pains sortent des fours. L’activité de paysan-boulanger consiste à gérer un système céréalier bio afin de produire les céréales nécessaires à la fabrication de pains bio au levain. Les pains sont cuits au four à bois au sein de la grange gérée par le collectif de paysan.nes et d’habitant.e.s de la ferme de Combreux,. Ils sont ensuite distribués à des AMAP de l’est parisien et du 93 ainsi qu’à un groupe de consommateur.ices de Tournan-en-Brie. L’objectif est de poursuivre un projet agricole qui soit tout à la fois viable et vivable, aménageant un équilibre entre la vie professionnelle de paysan et personnelle, au sein d’un collectif pluriel pour qui la préservation de l’environnement et des personnes qui y vivent est essentiel. 

Pain au sarrasin

Mélanie : arboriculture et petits fruits

J’ai entrepris mon installation en 2021, sur 0,85ha pour commencer. Il s’agit de deux parcelles à-peu-près équivalentes, immédiatement certifiées bio, sur lesquelles j’ai planté à l’hiver 2021-2022 :

  • Arbres fruitiers : cerises, poires, prunes, et aussi un peu de figues, pêches, abricots (bien que ne me faisant pas d’illusions sur ces derniers, j’ai quand même choisi d’essayer !).
  • Petits fruits : fraises, framboises, mûres, cassis, groseilles, groseilles à maquereaux, caseilles.
  • Raisin de table (surtout du blanc, je suis moins fan du rouge !).

Il est prévu d’agrandir le verger à l’hiver 2022-2023, sur une parcelle appartenant à Terre de Liens, en replantant dans un premier temps environ 4000m² d’arbres fruitiers. La commercialisation se fera un maximum en frais, avec cependant un peu de transformation en confitures pour les fruits qui seront trop abîmés (l’atelier est prévu dans la grange). La vente directe est privilégiée, en tout cas via des circuits les plus courts et locaux possibles.  Je prévois de commencer dès 2022 la vente de mes fruits, avec uniquement des fraises pour cette première année ; puis viendront progressivement les framboises et les autres petits fruits, et les années suivantes, le raisin puis les « gros fruits ».

Je suis hébergée et accompagnée dans mon installation par la coopérative Les Champs des Possibles, dans le cadre d’un Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise. A l’issue de celui-ci, j’ai la possibilité de conserver mon activité au sein de la coopérative, sous un statut d’Entrepreneuse Salariée Associée. Je suis double active, et c’est un grand défi pour moi de pouvoir mener de front cette activité agricole et mon activité salariée !

Les tunnels en pleine croissance !

Potager vivrier

Une petite partie de la surface des terres (1000 m2 sur une surface totale de 2500 m2) est utilisée  pour une agriculture vivrière : le potager des habitantEs nous assure une production en tomates, haricots, courgettes, courges, choux, etc…

Nous élevons aussi des animaux : une dizaine de moutons et des poules pondeuses. Un petit verger d’arbres fruitiers (pommiers, poiriers, pruniers, cerisiers – et aussi figuiers, abricotiers) complète l’ensemble. 

Des parcelles restent disponibles : avis aux agricultrices.eurs, paysan.nes, apiculteur.rices, éleveur.euses prêt.es à s’installer en agriculture biologique !

%d blogueurs aiment cette page :